Vivre avec un galgo

Je ne suis pas l'auteur de ce texte trouvé par hasard sur internet, mais je l'ai trouvé tellement exact, que je n'aurais pu écrire mieux !

Je me permet donc de le reprendre ici, la source est la suivante :  http://galgo.free.fr/caractere.htm

 

Le caractère du Galgo Espagnol

ou

Vivre avec un Galgo, c'est comment ?

Le Galgo Espagnol est un lévrier.

 

Ce mot de "lévrier" est parfois un peu ambigu pour les néophytes qui pensent à la base que "lévrier", c'est une race de chiens !

Rappelons donc que "lévrier" c'est avant tout une fonction : on est lévrier comme chien de berger, de terrier ou de traineau. Le lévrier est donc un chien qui chasse à vue et attrape lui-même le gibier en le poursuivant.

Cette première mise au point est certes très basique, mais il ne faut jamais l'oublier : le Galgo est un chasseur. Il vit pour la chasse, il a été sélectionné pour cela et pour cela seulement.

La chasse avec un lévrier est interdite chez nous , alors pourquoi choisir le Galgo ??

Parce que c'est un chien de compagnie idéal ! Vivant, joueur, sportif à l'extérieur, il est extrêmement calme, doux et délicat à l'intérieur. Il s'adapte à votre activité avec une saisissante rapidité. Si rien ne se passe, il est couché tranquilement et dort énormément. Mais pour peu que l'activité du foyer s'intensifie,il suivra. Promenade, jogging, randonnée, shopping ou simple partie de jeu dans le jardin, il est toujours partant.

Etant donné sa taille (entre 60 et 70 cm au garrot) c'est un chien peu encombrant, il sait être très "fluide"dans la maison, il ne gêne pas les déplacements des humains même dans une petite pièce, sauf s'il veut vous "dire" quelque chose. Chez nous, si Ola se retrouve brusquement "dans nos jambes" toutes les 20 secondes, il y a fort à parier que la gamelle d'eau est vide ! Mais c'est au retour de ses maîtres ou à l'arrivée d'un familier que le Galgo s'exprime le plus. L'accueil est souvent délirant : fouet battant à tout rompre,il marche en soulevant les pattes, façon cheval espagnol, se cabre mais sans vous sauter après et sans lécher ( fait que les enfants apprécient tout particulièrement !!). Puis la folie retombe et il retrouve son calme habituel.

Que n'a-t-on pas dit sur les lévriers : bêtes, distants, fugueurs... ! Les aprioris sont nombreux.

Certes les Galgos ne sont pas faciles à manoeuvrer comme peuvent l'être des chiens de berger ou de garde. Rien de plus facile que d'apprendre un ordre quelconque à un berger allemand ou à un berger belge, en quelques répétitions d'un mot avec un geste associé, le chien a compris, l'ordre est assimilé. Avec un Galgo, rien de tel ! On peut arriver à un bon résultat, mais au pris d'efforts beaucoup plus importants. Il faudra de nombreuses répétitions, mais surtout il ne faudra jamais lasser le chien ! Le forcer est inutile, cela ruine tous les efforts passés et le dégoute. L'éducation d'un Galgo c'est une histoire de patience, le tout étant d'être rigoureux et de ne jamais céder sur un point important, sans pour autant le braquer ! Difficile certes, mais quand on aime son chien.... 

Alors les Galgos sont ils bêtes ? Certes non ! Comment un chien capable d'anticiper sur la trajectoire de son gibier en tenant compte de la position de son coéquipier et de la topographie du terrain et tout cela à une vitesse effarante pourrait-il l'être ! Mais il s'agit d'un type de comportement différent. Ils sont capables de beaucoup de réflexion pour ce qui les arrange !!! Ce sont des débrouillards nés, avec une finesse d'esprit très surprenante ! Nina vit à la maison et passe volontiers pour la "nouille" de la bande. Elle peut attendre 20 minutes devant une porte entrebaillée en pleurant parce qu'elle "ne peut pas passer", on finit donc par aller ouvrir cette damnée porte. Mais si nous sommes absents, ou qu'elle pense que nous le sommes, ce n'est plus la même musique ! Nina ouvre toutes les portes mêmes bien fermées aussi facilement que vous ou moi, elle ouvre également le réfrigérateur et toutes les portes de placard !! Alors ??? ...Alors pourquoi faire quelquechose vous même quand vous avez des humains pour le faire à votre place !! :-)

Le rapport avec les êtres humains est l'autre passion des Galgos. Affectueux, collants même, la communication entre un Galgo et son maître est permanente. Si on le laisse faire, un Galgo passerait volontiers sa journée, sa tête, voire son corps entier, sur vos genoux ! C'est à croire que certains rêvent d'être de ces chiens de poche qui passent leur vie entière dans le giron de leur maître ! Mais comme il n'est pas possible de les caresser en permanence, ils prennent leur mal en patience et vont se coucher à la place qui leur est attribuée ( s'ils sont bien éduqués, sinon ce sera sur le lit, le canapé ou le fauteuil : confort quand tu nous tiens !). Mais même de là, ils ne "lâchent" jamais leur maître des yeux. Ce qui me manque le plus quand je suis loin de mes chiens c'est cette présence permanente. Ce regard qui vous suit, la queue qui s'agite, un peu, calmement, et, quand je les regarde, les yeux qui se plissent un peu avec comme un sourire de complicité, de connivence. Là est toute la douceur du Galgo.

 

Vis à vis des étrangers, tout est question d'individu et /ou d'éducation. J'ai toujours eu des Galgos très sympathiques, très vivants allant facilement vers les étrangers. En exposition, ils sont rarement dans leur cage et préfèrent "user" tous les exposants de la rangée. La technique est la suivante : vous prenez un exposant qui s'ennuie assis sur un fauteuil devant la cage de son chien, vous glissez gentiment votre nez sous son coude ou sa main et hop vous êtes parti pour 10 ou 20 minutes de caresses. Le "caresseur" se lasse, hop, vous passez tranquilement au suivant !

Mais pour certains sujets pas question d'approcher un étranger.

A la maison, c'est différent. Le Galgo aboit très peu de façon générale, mais il aboit très fort à l'arrivée d'un nouveau venu. Quand un inconnu entre c'est tout d'abord la méfiance qui domine. Si la tête du nouveau venu ne leur plait pas, ils peuvent même grogner. Mais cette phase s'arrête immédiatement si la personne s'assoit ! Assis au salon, visiblement accepté par les maîtres, il est un "caresseur" potentiel, et c'est à qui fera la conquête du nouveau venu ! Il faut même souvent les renvoyer à leur place plusieurs fois pour que celui-ci puisse respirer un peu au milieu de toutes ces sollicitations !

Mais là aussi certains Galgos gardent leurs distances. Question de personnalité ? D'éducation ? Difficile de faire la part des choses.

Le Galgo est-il un chien fugueur ?

Oui et non !

Je considère qu'il existe deux types de fugues et une situation exceptionnelle.

La fugue depuis la maison. Le chien vit dans une maison ou un appartement et il a l'occasion d'en sortir seul sans son maître. Ce chien va comme tous les chiens dans ce cas, faire son tour du quartier, rencontrer d'autres chiens libres ou en provoquer d'autres qui sont enfermés ou attachés et rentrer à la maison quand il aura finit sa "tournée". Il n'est pas paniqué, il connait les lieux. Si cela est une fugue pour vous, oui, le Galgo est fugueur ! Son "territoire" est à la mesure de sa vitesse de déplacement, est forcément il sera plus grand que celui du Chihuahua du voisin qui se limite à la bordure de trottoir. Ce type de "fugue" a été le quotidien de beaucoup de chiens pendant des centaines d'années, mais aujourd'hui la circulation automobile s'intensifie et un chien ayant un comportement "normal" de chien domestique court les plus grands risques. Contre ce type de fugue il n'y a pas d'autre solution que la cloture si vous avez un jardin et une fermeture systématique des portes s'il s'agit d'un appartement.

Petite mise en garde : l'auteur de ce texte parle de galgos d'élevage et non de galgos abandonnés, maltraités, ayant un passé douloureux qui peuvent les rendre très craintifs, dans ce cas la fugue devient fuite.  Il faut toujours être extrêmement prudent avec le galgo que vous adoptez durant les premiers mois de son arrivée.  La plupart du temps lorsqu'un galgo s'enfuit cela se passe dans les premières semaines de son arrivée  alors qu'il n'est pas encore attaché à ses maîtres et qu'il connaît peu son environnement.  Il est toujours très difficile de récupérer un chien en fuite d'autant plus si celui-ci est craintif.  Il vaut mieux être plus prudent que nécessaire plutôt que de risquer la vie de celui-ci que vous pensiez sauver en l'adoptant.

Nous sommes sans nouvelles de bons nombres de chiens en fugue, les semaines, les mois ont passés, et plus personne n'a d'indice des chiens......quelle responsabilité : faire revenir un chien dans l'intention "de le sauver" de son triste sort, pour qu'il vienne mourir sur nos routes ou dans nos bois ! 

 

La fugue en promenade. Beaucoup de propriétaires de lévriers n'osent pas lâcher leur chien dans un endroit non clos. Si cela arrive un jour par hasard, ou à titre d'essai, leurs pires soupçons se confirment et ils pestent et angoissent pendant 2 heures jusqu'à ce qu'ils récupèrent leur chien fugueur. Confortés dans leur sentiment que le laisser libre est impossible, ils le rattachent sur le champ et jurent bien que celà ne se reproduira pas !

Mais fatalement un jour cela se reproduit et le scénario est égal à lui-même, si ce n'est pire. La prise de risque par le chien est énorme, car, ivre de liberté, il ne fait attention à rien, il court, il renifle, il urine, il repart de plus belle... Le maître est fou d'inquiètude, de désespoir ... Oui, j'ai vécu cette situation, mais un jour j'ai décidé de briser ce cercle infernal : laisse, fugue, laisse, fugue... Après avoir tenté le club d'éducation en vain, j'ai remédié à cela à ma façon et aujourd'hui je promène mes chiens sans laisse mais non sans formation préalable. Aussi je peux dire avec certitude que la fugue en promenade est UNIQUEMENT une question d'éducation. Donc dans ce sens le Galgo n'est pas un chien fugueur. Il ne faut toutefois jamais oublier que le Galgo est fait pour courrir et que ce défoulement lui est INDISPENSABLE. (Voir notre page éducation.)

Situation exceptionnelle. Un départ de gibier ne laissera jamais un Galgo indifférent ! Même un Galgo bien éduqué partira TOUJOURS derrière un gibier qui démarre, lapin, lièvre, perdrix, mais aussi chevreuil ou biche. Comme je le disais au début de cette page il est avant tout un chasseur. Il a beau aimer son maître et justement à cause de cet amour, il partira. Des centaines d'année de sélection sur ce seul critère resteront marquées en lui quoique l'on fasse. Alors pas d'autre solution que de bien choisir ses lieux de promenade, surtout pas trop giboyeux. (Voir notre page éducation.)

 

Voilà donc une première approche du caractère du Galgo. Celle-ci n'a été faite que sur mes observations personnelles, mais il y a autant de façons de vivre avec un Galgo qu'il y a de couples maître-Galgo.